Résistance aux antimicrobiens : l’alerte de l’ONU

Le 11 décembre 2017 - Par La rédaction avec l'AFP

L’ONU met en garde contre la hausse de la résistance aux antimicrobiens, favorisée par le rejet de médicaments et de certains produits chimiques dans l’environnement, qui constitue une menace sanitaire majeure. Explications.

Si cette tendance se poursuit, le risque augmentera de contracter des maladies incurables par les antibiotiques actuels lors d’activités aussi anodines que nager dans la mer, ont averti des experts réunis à Nairobi dans le cadre de l’Assemblée des Nations unies pour l’environnement. Dans un rapport publié mardi dernier et intitulé « Frontiers 2017″, ces experts préviennent ainsi que « le rejet dans l’environnement de composés antimicrobiens provenant des foyers, des hôpitaux et des établissements pharmaceutiques, ainsi que du ruissellement agricole (…) favorise l’évolution bactérienne et l’émergence de souches plus résistantes ».

Le rôle de l’environnement et de la pollution en cause

« L’avertissement dispensé dans ce rapport est vraiment effrayant : les humains pourraient participer au développement de superbactéries féroces en raison de notre ignorance et de notre négligence », a estimé Erik Solheim, le directeur du Programme de l’ONU pour l’environnement (PNUE).  « Les études ont d’ores et déjà lié l’utilisation inadéquate des antibiotiques chez l’homme et dans l’agriculture au cours des dernières décennies à l’apparition d’une résistance croissante des bactéries, mais le rôle de l’environnement et de la pollution ont reçu trop peu d’attention », a-t-il observé.

700.000 morts par an dues à des infections résistantes

La résistance antimicrobienne est un casse-tête croissant pour les agences sanitaires internationales. A l’échelle mondiale, environ 700.000 personnes meurent d’infections résistantes chaque année. Un rapport publié en 2014 avait prévenu que les pathologies résistantes aux antibiotiques pourraient tuer 10 millions de personnes par an d’ici 2050, ce qui en ferait la principale cause de décès, avant les maladies cardiaques ou le cancer. Leur coût économique cumulé était estimé à 100.000 milliards de dollars. « Nous pourrions entrer dans ce que les gens appellent l’ère post-antibiotiques, où nous reviendrons aux années d’avant 1940 où une simple infection (…) deviendra très difficile, sinon impossible » à soigner, a expliqué à l’AFP Will Gaze, de l’université d’Exeter, en Angleterre, l’un des co-auteurs du rapport.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>