Parkinson : une maladie lente et dégénérative

Le 13 mars 2016 - Par Manon Costantini

La maladie de Parkinson est la deuxième maladie neurologique la plus fréquemment répandue après Alzheimer. Les estimations font ainsi état de 4 millions de personnes atteintes par l’affection.

Une affection neurodégénérative

La maladie de Parkinson se traduit communément par un tremblement significatif, au repos, de la main ou du pied. Cette affection neurodégénérative chronique s’attaque à une partie du cerveau qui se compose de neurones dopaminergiques. Ces derniers servent à fabriquer et à libérer la dopamine, qui est indispensable pour contrôler les mouvements du corps. Le problème, c’est que la maladie de Parkinson fait disparaître ces neurones.

Les premiers symptômes cliniques n’apparaissent que 5 à 10 ans après l’arrivée de la maladie dans l’organisme

Parkinson : une affection lente et contraignanteParkinson

La pathologie évolue extrêmement lentement et pour preuve : les premiers symptômes cliniques n’apparaissent que 5 à 10 ans après l’arrivée de la maladie dans l’organisme. A ce moment-là, environ la moitié des neurones dopaminergiques a disparu, et c’est alors qu’apparaissent les tremblements au repos, une certaine lenteur dans le mouvement combiné à une raideur des muscles.

Bien que les causes restent à ce jour méconnues, les chercheurs pointent tout de même du doigt les prédispositions génétiques et héréditaires.

© iStockphoto

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>