Journée mondiale du don d’organes et de la greffe : c’est aujourd’hui !

Le 17 octobre 2017 - Par Vanessa Bernard

Chaque année depuis 2005 se tient la journée mondiale du don d’organes et de la greffe. L’occasion de revenir sur les questions fréquentes qui entourent le sujet. 

JE SUIS MALADE, PUIS-JE DONNER MES ORGANES ?

Il n’existe pas de contre-indication de principe au don d’organes. Les personnes jeunes, âgées, malades ou en bonne santé sont des donneuses potentielles. C’est à l’équipe médicale en charge de prélever un organe d’en évaluer au cas par cas la qualité. Le prélèvement de certains organes peut aussi être envisagé chez des donneurs présentant des antécédents médicaux lourds et sous traitement médical.

FAUT-IL AVOIR UNE CARTE DE DONNEUR ?

Selon la loi, nous sommes tous donneurs présumés. Cependant, certaines personnes peuvent ressentir le besoin de matérialiser leur engagement en faveur du don d’organes et de tissus et disposer d’un support tel qu’une carte de donneur peut leur permettre d’aborder plus facilement le sujet avec leurs proches.

COMMENT S’OPPOSER AU DON D’ORGANES POUR UN ENFANT MINEUR ?

En France, pour un mineur, le prélèvement d’organes et de tissus ne peut avoir lieu qu’à la condition que chacun des titulaires de l’autorité parentale ou le tuteur y consente par écrit. En cas d’impossibilité de consulter l’un des titulaires de l’autorité parentale, le prélèvement d’organes et de tissus peut avoir lieu à condition que l’autre titulaire y consente expressément par écrit. Dès 13 ans un enfant peut s’opposer lui-même au don d’organes et de tissus après la mort, en s’inscrivant sur le registre national des refus.

JE NE VEUX DONNER QU’UNE PARTIE DE MES ORGANES, COMMENT FAIRE ?

Il est possible de ne donner que certains organes et tissus. Pour ce faire, il faut préciser sur le registre national des refus, les organes et les tissus qui ne doivent pas être prélevés. Il est également possible d’exprimer son opposition au prélèvement de certains organes ou tissus par écrit ou, éventuellement, par oral à l’un de ses proches. Au moment du décès, ce proche pourra faire valoir cette opposition partielle au prélèvement.

EST-CE QUE JE PEUX CHOISIR À QUI SERONT DONNÉS MES ORGANES APRÈS MA MORT ?

Le don d’organes et de tissus est un geste altruiste et solidaire. Il n’est donc pas possible de choisir la ou les personnes qui pourront bénéficier du don post-mortem de ses organes. Il est primordial de pouvoir permettre à chaque malade en attente de greffe de bénéficier équitablement d’un greffon vis-à- vis de tous les autres patients en attente. C’est un don anonyme.

En France, en 2016, près de 6 000 greffes ont été réalisées mais il y a toujours plus de 14 000 patients en attente.

En savoir plus : Le site dondorganes.fr 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>