Fêtes de Noël : attention aux allergies alimentaires !

Le 19 décembre 2016 - Par Vanessa Bernard

Bientôt Noël et les plaisirs de la table. A l’occasion des fêtes de fin d’année, petit rappel des précautions à prendre pour se protéger des allergies alimentaires. 

  • L’apéritif : L’arachide est la deuxième cause d’allergie alimentaire chez les enfants de moins de 15 ans, débutant souvent dès les premières années de la vie. Attention donc aux cacahuètes salées qui composent souvent les mélanges apéritifs et font partie du « top 10 » des allergènes alimentaires sévères. De même pour les noix de cajou, de pécan, les amandes ou les pistaches, en cas d’allergie aux fruits à coques.
  • Le plateau de fruits de mer : La crevette, le crabe, la langouste, la langoustine et le homard font partie des crustacés les plus souvent impliqués dans l’allergie. Du côté des mollusques, ce sont les huîtres, moules et palourdes, ainsi que les coquilles Saint Jacques, calamars, poulpes ou seiches pour les céphalopodes. Il est indispensable de penser à une alternative pour les sujets qui y seraient sensibles !
  • Fromage : L’allergie au lait de vache est la première cause d’allergie alimentaire chez les moins 3 ans, pouvant causer de l’urticaire et des oedèmes notamment. S’il suffit de ne en pas consommer, il est à noter que celle-ci est souvent croisée avec le lait de chèvre et de brebis. 
  • Dessert : Des miettes de fruits à coques se retrouvent souvent dans la décoration utilisée pour les gâteaux ou dans les chocolats. Attention donc à la composition des desserts de Noël. Par ailleurs, les meringues et glaçages sont à éviter pour les personnes allergiques à l’œuf, qui, mi-cuit, est souvent mal toléré.

Attention aussi aux allergies croisées !

Connaître certaines allergies croisées peut permettre d’éviter des réactions imprévues. Parmi les plus fréquentes, consommer des escargots peut entraîner une réaction allergique chez les patients souffrant d’allergies aux acariens. De même, les châtaignes, favorites de l’hiver, seront à éviter pour les personnes allergiques à l’avocat.

« Le réflexe à avoir durant cette période, si l’on souffre d’allergies : avoir à proximité sa trousse comportant un antihistaminique, un bronchodilatateur et éventuellement une seringue d’adrénaline », rappelle le Dr Isabelle Bossé, présidente du Syndicat français des allergologues.  

 Après l’alimentation, gare à la décoration de Noël !

 L’allergie aux moisissures est souvent réactivée durant la période des fêtes. Principal coupable : le sapin de Noël ! Les conifères véhiculent des spores microscopiques à l’origine de réactions allergiques : éternuements, nez bouché, yeux qui piquent…  « En revanche, pas de panique : il est possible d’éliminer une grande partie des moisissures présentes sur les épines, les branches et le tronc en passant son sapin au jet d’eau avant de l’installer chez soi, une fois sec. Et il est conseillé de ne le garder qu’une dizaine de jours », indique le Dr Isabelle Bossé, « de manière générale, il est nécessaire de bien épousseter l’ensemble de ses décorations – sapin artificiel, guirlandes, etc. – en les sortant de leurs cartons, pour minimiser les risques d’allergies ».

Dernier conseil : gare aux aérosols. La neige artificielle ou les bombes pour pochoirs, pouvant entraîner des réactions cutanées et respiratoires, sont à utiliser avec grande précaution.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>