Tabagisme et dépenses de santé : la lourde addition ! (Etude)

Le 31 janvier 2017 - Par La rédaction avec l'AFP

C’est la première étude publiée sur le sujet et on la doit à la revue Tobacco Control. Elle nous révèle que le tabagisme coûte cher, notamment dans les pays en développement où il absorbe environ 6% des dépenses mondiales consacrées à la santé ainsi que 2% du produit intérieur brut (PIB) global…

Selon cette étude, en 2012, le coût total du tabagisme s’élevait à 1,4 milliards de dollars dans le monde dont 40% à la charge des pays en développement. Pour les besoins de leurs travaux, les chercheurs se sont penchés sur les données de 152 pays, représentant 97% de l’ensemble des fumeurs de la planète. C’est alors qu’ils ont calculé le coût du tabagisme en incluant les dépenses directes comme les hospitalisations et les traitements et les dépenses indirectes, évaluées cette fois sur la base de la productivité perdue en raison des maladies et des décès prématurés.

2 millions de décès dans le monde en 2012 !

En 2012, le tabagisme a été à l’origine d’un peu plus de 2 millions de décès chez des adultes âgés de 30 à 69 ans dans le monde, soit environ 12% de l’ensemble des décès survenus dans cette tranche d’âge, toujours selon l’étude du jour. Les pourcentages les plus élevés ont, selon les chercheurs, été observés en Europe (26%) et en Amérique (15%). Au cours de la même année, les dépenses directes de santé liées au tabagisme se sont élevées au total à 422 milliards dans le monde, soit 5,7% de l’ensemble des dépenses de santé, un pourcentage qui atteint 6,5% dans les pays à forts revenus.

Tabagisme : le fardeau européenstop tabac

Rapporté au PIB des différents pays, le tabagisme s’est avéré particulièrement coûteux en Europe de l’est (3,6% du PIB) ainsi qu’aux Etats-Unis et au Canada (3%). Le reste de l’Europe se situe à 2% contre 1,8% à l’échelle mondiale. « Le tabagisme représente un fardeau économique important dans l’ensemble du monde et plus particulièrement en Europe et en Amérique du nord où l’épidémie est la plus avancée », relèvent les auteurs de l’étude coordonnée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Rappelons, au passage, que l’OMS s’est fixée comme objectif de réduire d’un tiers les décès prématurés liés aux maladies non infectieuses, et notamment au tabagisme d’ici à 2030. Pour y arriver, les chercheurs préconisent la mise en place de « mesures globales » contre le tabagisme.

La réponse française

En France, de nombreuses mesures ont déjà été initiées par les pouvoirs publics à l’instar, par exemple, du triplement du remboursement des substituts nicotiniques, de l’interdiction de fumer dans les aires de jeux pour enfants ou encore de la création d’un fonds de prévention du tabagisme. Dernière annonce en date : l’annonce par la ministre de la santé sur l’antenne d’RTL ce mardi de l’interdiction de plusieurs marques de cigarettes qui a précisé que le prix du tabac à rouler allait augmenter tandis que celui des cigarettes devrait rester stable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>