Pourquoi nos jambes nous font-elles souffrir ?

Le 2 juin 2016 - Par Manon Costantini

A la question : pourquoi nos jambes nous font-elles souffrir, le Dr. Claudine Hamel-Desnos, présidente de la Société Française de Phlébologie, répond. Rencontre. 

A quoi sont dus les troubles veineux ?

Nos veines sont équipées de clapets anti-reflux qui permettent au sang de passer vers le haut du corps tout en l’empêchant de retomber vers les pieds… Dès lors que ces clapets deviennent déficients, la paroi veineuse se distend entraînant une stagnation du sang vers le bas alors que celui-ci doit remonter vers le cœur : l’oxygénation ne se fait donc plus normalement et la pression augmente dans les veines des jambes. C’est cette augmentation de volume de sang dans les jambes qui entraîne alors ces sensations de pesanteur, de jambes lourdes et, des varices peuvent aussi apparaître en raison de la distension des parois veineuses.

Pourquoi certaines personnes sont plus affectées que d’autres ? Quels sont les facteurs de risque ?

Ce qui joue le plus, c’est la prédisposition familiale et l’hérédité. Ensuite, des facteurs vont se surajouter à cela : par exemple si le patient exerce une « activité de piétinement » au quotidien. Une position statique tout au long de la journée n’est pas favorable à une bonne circulation sanguine et ne permet pas à la pompe musculaire de bien jouer son rôle. La grossesse est également un moment de la vie qui favorise la survenue ou l’évolution des troubles veineux. En effet, la forte « imprégnation hormonale » durant cette période a tendance à rendre les parois veineuses plus lâches et à les distendre.

Existe-t-il des traitements naturels aux troubles veineux ?

Une alimentation équilibrée est toujours souhaitable. De bonnes règles d’hygiène de vie vont aider les patients à améliorer leurs symptômes et plus particulièrement encore ceux exerçant un métier sédentaire. La pratique régulière de la marche et le sport améliorent le retour veineux en faisant fonctionner la « pompe musculaire » du pied et du mollet, et sont conseillés. La prise de certains traitements « phlébotropes », ou « veinotoniques », souvent à base de substances naturelles, aide aussi à passer des périodes où vous souffrez plus, notamment quand il fait chaud. Enfin, sachez que dès votre naissance la qualité de votre capital veineux est déterminée et va jouer un rôle important dans l’apparition ou non d’une insuffisance veineuse. Si ce capital est médiocre ou mauvais, votre insuffisance veineuse va apparaître plus ou moins tôt au cours de votre vie, et il faut s’attendre à des évolutions dans le temps : un suivi est donc important.

Les troubles veineux peuvent-ils dégénérer et créer des complications ? Les complications les plus « sévères » des varices sont les ulcères. A notre époque, si les patients étaient soignés suffisamment tôt, les ulcères variqueux ne devraient plus exister. La phlébite superficielle (caillot qui se forme dans une varice), est une autre complication possible ; le terme médical est la thrombose veineuse superficielle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>