Obésité : l’espérance de vie directement touchée

Le 19 juillet 2016 - Par Manon Costantini

L’espérance de vie pourrait bien se réduire au fil des kilos qui augmentent… Si le surpoids peut déjà coûter une année de vie chez certains, le chiffre pourrait monter à 10 pour les formes d’obésité les plus sévères. Explications.

Obésité : 3,9 millions d’adultes observés pendant 13 ans

Sur le long terme, le surpoids et l’obésité ne seraient évidemment pas sans conséquences. Une équipe de chercheurs internationaux du groupe Global BMI Mortality Collaboration ont publié l’une de leurs observations dans la revue The Lancet mettant en exergue qu’une surcharge pondérale trop élevée pourrait faire perdre en moyenne 1 à 10 ans d’espérance de vie. Pour les besoins de l’étude, 3,9 millions d’adultes ont été analysés et suivis de très près durant 13 ans environ. Âgés de 20 à 90 ans lorsqu’ils ont été « recrutés », aucun d’entre eux ne fumaient ni n’étaient atteints d’une quelconque maladie chronique.

1 à 10 ans de vie en moins

Plusieurs études avaient déjà prouvé que les AVC, les maladies respiratoires, les cancers ou encore les maladies coronariennes étaient plus fréquentes chez les patients obèses ou en surpoids. Nous savions également qu’un indice de masse corporelle (IMC) anormal pouvait écourter l’espérance de vie. Finalement, on apprend aujourd’hui qu’« en moyenne, les personnes en surpoids perdent une année d’espérance de vie et les personnes modérément obèses en perdent trois et même 10 pour les formes d’obésité les plus avancées », selon le Dr. Emanuele Di Angelantonio, co-auteur de l’étude.

Un IMC validé mais contestésurpoids

L’étude met également en exergue la condition des hommes vis-à-vis de celle des femmes. Avec des IMC pourtant similaires, les hommes présentent un risque trois fois plus élevé de mourir avant 70 ans que les femmes. Bien qu’inquiétants, ces résultats n’annoncent en rien une fatalité. Trois spécialistes des Instituts américains pour la santé (NIH) affirment qu’il faut prendre un certain recul face à ces travaux. Bien que validée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), cette formule mathématique conçue pour calculer le poids idéal de chacun ne différencie par les hommes des femmes ni les différents types de morphologies.

© iStockphoto

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>