ITW – Pr. Just : « Mieux comprendre les allergies »

Le 2 mai 2017 - Par Vanessa Bernard

Le Professeur Jocelyne Just est médecin spécialiste au centre de l’asthme et des allergies à l’hôpital Armand Trousseau de Paris. Pour nous, elle revient sur le phénomène allergique. Questions / réponses. 

Comment définir une allergie ?

En cas d’allergie, on parle de « processus immunitaire anormal ». Le facteur déclenchant (la poussière, le lait…) va entraîner une réaction immunitaire qui cause alors une inflammation qui va avoir des conséquences sur le patient : provoquer de l’asthme ou une rhinite, par exemple. Ce n’est pas la substance en elle-même qui est dangereuse, c’est l’immunité du patient qui est anormale.

Allergies respiratoires : quels sont les allergènes les plus courants ?

Il existe différents types d’allergies : respiratoires, alimentaires, médicamenteuses mais aussi les allergies au venin et à certains métaux. Dans le cas des allergies respiratoires, les plus fréquentes sont celles aux acariens, aux pollens et aux animaux. Loin derrière, il y a aussi celles liées aux blattes et aux moisissures qui sont souvent très sévères.

Comment détecte-t-on une allergie respiratoire ?

Il y a toujours cette question de chronicité : les symptômes durent et ne guérissent pas. L’allergie peut se traduire par des crises d’éternuements en salve, une obstruction nasale, un nez et des yeux qui grattent. Les crises se répètent et surviennent à des périodes particulières. L’allergie au pollen se manifeste plutôt au printemps, pour les acariens, c’est toute l’année, pour les animaux, lors d’un contact : il y a une unité de temps et de lieu qui va conduire au diagnostic de l’allergène en cause.

Quels sont traitements de fond préconisés ?

Pour les cas de rhinite allergique, on préconise les corticoïdes et les antihistaminiques. Si les traitements symptomatiques sont trop difficiles à suivre et seulement s’il n’y a qu’un ou deux allergènes responsables du trouble, on peut alors désensibiliser. Pour ce qui est de l’asthme, il existe des traitements à base de corticoïdes inhalés. On peut éventuellement proposer une désensibilisation mais uniquement pour les formes d’asthmes légers et modérés. Selon l’asthme, on propose d’abord une prise en charge médicamenteuse, puis une immunothérapie si les symptômes sont persistants et handicapants.

Peut-on guérir de ses allergies ?

Plus il y a d’allergies, plus l’état du patient est sévère, et moins il a de chance de s’améliorer : il peut même empirer si le patient n’est pas traité correctement. Tout va dépendre des sujets, des formes d’allergies rencontrées et de leur évolution. Une allergie au pollen qui ne survient qu’en saison pollinique, avec juste quelques éternuements, et soulagée par la prise d’antihistaminiques a de grandes chances de disparaître avec l’âge. Par contre si vous subissez les méfaits de plusieurs allergies en même temps, vous ne guérirez pas aussi facilement : il est donc absolument nécessaire de traiter pour améliorer les conditions de vie face aux allergies.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>