Microbiote intestinal : qu’est-ce que c’est ?

Le 15 janvier 2018 - Par Vanessa Bernard

Le corps humain accueille autour de 100 000 milliards de microbes, ce qui dépasse le nombre de cellules que nous possédons. Un écosystème appelé microbiote qui participe à notre défense immunitaire, et donc à lutter contre certaines affections.

Microbiote et microbiome, les deux termes sont souvent utilisés pour signifier la même chose, de façon interchangeable. Pour autant, il est une différence subtile entre les termes puisqu’en réalité, le microbiome est le terrain de jeu du microbiote. Et par microbiote humain, on entend cet écosystème composé de milliers de milliards de cellules – incluant des bactéries, des virus et des moisissures -, des micro-organismes qui dépassent de plus de dix fois le nombre de nos propres cellules !

Il faut savoir que la plupart des grandes populations de microbes résident dans notre intestin. C’est pourquoi l’on parle de façon générale de microbiote intestinal (autrefois appelé flore intestinale). Il est ainsi le plus connu. Mais sachez, que les bactéries qui sont organisée en écosystèmes sont présentes dans l’ensemble de notre corps formant dès lors différents types de microbiote parmi lesquels le microbiote buccal, le microbiote vaginal ou encore le microbiote cutané.

Il faut savoir que la plupart des grandes populations de microbes résident dans notre intestin

90 % des bactéries ont un rôle bénéfique !

Si pendant longtemps les bactéries ont eu mauvaise réputation, ces dernières années ont pourtant été l’occasion d’un nouveau constat à savoir que 90% de celles qui composent l’organisme humain jouent un rôle bénéfique pour notre santé ! Dès lors les cellules microbiennes pathogènes opportunistes et responsables de certaines maladies sont les moins nombreuses tandis que celles qui contribuent à notre bonne santé et à un bon système immunitaire sont les plus présentes.

On dit des micro-organismes qui vivent à l’intérieur de l’étendue gastro-intestinale – aussi connue comme sous le terme de flore intestinale  qu’ils représentent environ 2 kilos de masse corporelle, chaque individu ayant un mélange unique d’espèces. Dès lors, on prête au microbiote intestinal un rôle important dans la nutrition, l’immunité, de même qu’on lui confère une influence directe sur le cerveau et le comportement. Ainsi, quand l’équilibre naturel de notre microbiote (ce que l’on appelle l’eubiose) est perturbé (ici la dysbiose), un certain nombre de maladies peuvent alors survenir.

Microbiote et microbiome : késako ?

Le microbiote humain englobe ainsi l’ensemble des populations d’espèces microbiennes qui vivent dans le corps humain – les bactéries, les virus et autres organismes unicellulaires – qui élisent domicile dans notre organisme. Chaque personne possède entre 10 et 100 mille milliards de cellules microbiennes entretenant normalement une relation symbiotique convenant alors tant à notre organisme qu’à nos hôtes. Les évaluations varient, mais il pourrait y avoir plus de 1000 espèces différentes de micro-organismes composant le microbiote humain !

Tous les gènes à l’intérieur de ces cellules microbiennes, sont ce qui constitue le microbiome. De la même façon que l’on a fait émerger le génome humain grâce au séquencement des gènes, le microbiome a été soumis aux efforts intensifs des scientifiques pour en démêler toutes ses informations génétiques.

Le total de microbes (bactéries) dans le microbiote humain est énorme ainsi que le nombre d’espèces qui les caractérisent. D’ailleurs, les recherches réalisées au cours de la dernière décennie ont démontré la diversité génétique de ces communautés.

Pourquoi le microbiote intestinal est-il si important ?

Les micro-organismes qui se développent en symbiose au sein de notre organisme en font dès lors un organe à part entière dans la mesure où ils assurent de nombreuses fonctions. En effet, ils sont impliqués à divers niveaux dans les mécanismes du corps humain et on les dit responsables pour tout ou partie de notre état de santé, de notre équilibre, de notre capacité à lutter contre certaines maladies. Des études récentes ont ainsi établi des liens entre la population bactérienne de l’homme et certaines affections. Asthme, autisme, cancer, colite, diabète, eczéma, certaines maladies cardiaques, malnutrition, sclérose en plaques ou encore obésité sont autant de pathologies pour lesquelles la corrélation est fortement suspectée ou même, dans certains cas, avérée. C’est dire l’importance d’un excellent équilibre du microbiote. Le microbiome humain a une influence  plus particulièrement marquée sur quatre grands domaines de notre santé : la nutrition, le système immunitaire, le comportement et la maladie.

Le microbiome humain a une influence  plus particulièrement marquée sur quatre grands domaines de notre santé : la nutrition, le système immunitaire, le comportement et la maladie

Nutrition

Le microbiote est ainsi essentiel au mécanisme de la nutrition puisqu’il permet de libérer l’énergie issue des aliments que nous ingurgitons. Les bactéries intestinales permettent la décomposition des molécules complexes ingérées et débloquent ainsi les nutriments essentiels à notre corps. A titre d’exemple, sans l’aide du microbiote intestinal, il serait impossible de digérer la cellulose végétale.  Le microbiote jouerait également un rôle dans la régulation de l’appétit : le sentiment de satiété serait ainsi encouragé via l’activité métabolique. On observe parallèlement que la diversité de notre microbiote est directement liée à notre régime alimentaire. Ainsi, les adolescents ayant une large gamme de produits alimentaire dans leur bol quotidien présentent un microbiote intestinal beaucoup plus varié que certains adultes ayant un régime plus régulier. Un cercle vertueux en sorte…

Immunité

Sans les micro-organismes qui nous colonisent dès la naissance, notre immunité adaptative n’existerait pas. L’immunité adaptative (ou acquise) concerne la partie de notre système immunitaire qui apprend à répondre aux bactéries au gré des infections. Elle permet ainsi une défense plus adaptée dans la durée en répondant aux besoins du moment. Les scientifiques ont d’ailleurs également mis en avant les conséquences néfastes d’un organisme sans microbes chez les rongeurs. Par exemple, les animaux évoluant dans un environnement stérile et sans microbiote présentent une immunité sous-développée. On remarque aussi des épisodes allergiques et un risque accru de développer une maladie auto-immune lorsque les organismes ont présenté assez tôt des dérèglements du microbiote.

Les animaux évoluant dans un environnement stérile et sans microbiote présentent une immunité sous-développée

Comportement

De par son rôle dans la digestion, le microbiote peut aussi affecter le cerveau. Certains ont même appelé le microbiote intestinal le « deuxième cerveau ». De petites molécules dégagées par l’activité de bactéries de l’intestin provoquent la réponse de nerfs situés dans la zone gastro-intestinale. Des liens ont aussi été observés entre le microbiome et certains troubles cérébraux comme la dépression et des troubles du spectre autistique.

Maladie

Les populations bactériennes intestinales ont également été reliées à l’apparition de certains désordres comme la maladie de Crohn, les maladies inflammatoires de l’intestin ou encore la colite ulcérative. Enfin, une faible diversité du microbiote conduirait à l’obésité et au diabète de type 2.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>