La monoculture peut pousser les hamsters à l’infanticide – Etude

Le 29 janvier 2017 - Par L'AFP

Une consommation importante de maïs pousse à l’infanticide le Grand hamster, un rongeur menacé en Alsace, selon une étude qui met en lumière, selon les défenseurs de l’environnement, les « problèmes liés à la monoculture ». Explications.

« La monoculture crée des conditions très défavorables à la biodiversité, on le voit pour le hamster, c’est aussi le cas des oiseaux », a indiqué vendredi dernier à l’AFP Gérard Baumgart, président du centre d’études de recherche de protection de l’environnement en Alsace, spécialiste de la question du Grand hamster d’Alsace. Selon une récente étude publiée par la Royal Society britannique, « la faible teneur en vitamine B3 des grains de maïs est responsable de l’échec de la reproduction et d’un comportement anormal chez les mères ».

Infanticide : le mot qui fait froid dans le dos 

A la clé des « infanticides » qui font froid dans le dos : une équipe de chercheurs de l’Université de Strasbourg note en effet avoir observé que 95% des femelles hamsters nourries avec essentiellement cette céréale « ont déposé leurs petits avec les maïs et les ont mangés ». « Les petits étaient encore vivants », peut-on lire sur un document fourni avec l’étude. Or, il suffit d’ajouter de la vitamine B3 au maïs fourni aux femelles pour que comportement destructeur cesse. « Cette étude montre comment les carences nutritionnelles causées par la monoculture du maïs pourraient affecter la reproduction des animaux », stipulent les chercheurs.

Le hamster d’Europe au bord de l’extinction ?

Le hamster d’Europe ou Grand hamster d’Alsace est considéré comme au bord de l’extinction en Europe occidentale. En France, on ne le trouve plus qu’en Alsace. Selon Gérard Baumgart, « le maïs est une culture qui a explosé depuis un bon moment ». Et « On continue dans cette dynamique ». « Ces constats ne viennent que confirmer ce que les associations disent déjà depuis plusieurs années  » il faut des mesures plus fermes »  pour protéger cet animal, ajoute ce spécialiste. « On montre une mère hamster et son enfant mort, oui, mais que fait-on maintenant ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>