Diabète : pourquoi les yeux sont en danger

Le 19 novembre 2017 - Par Vanessa Bernard

Il faut savoir que le diabète constitue la principale cause de cécité chez les personnes âgées de moins de 50 ans dans les pays industrialisés. Alors qui souffre de cette maladie doit penser à bien soigner ses yeux.

Pour les personnes souffrant d’un diabète de type 1, le mode d’entrée dans la maladie  qui touche le patient jeune est fréquemment brutal et les lésions oculaires apparaissent en général au-delà de 5 à 10 ans d’évolution de la maladie diabétique. Adopter un comportement préventif est alors possible et évidemment essentiel dès lors que le diagnostic tombe.

Pour les personnes touchées par un diabète de type 2 – souvent plus fréquent chez les 45 ans et plus -, le dépistage, en revanche, est souvent plus tardif (la maladie étant asymptomatique) : il n’est donc pas rare que les patients présentent déjà des lésions oculaires au moment du diagnostic. C’est le cas pour 20% des diabétiques de type 2 selon la Société Française d’Ophtalmologie (SFO).

Diabète : quelles sont les principales répercussions oculaires

L’œdème maculaire est la première cause de malvoyance du patient. Il y a aussi ce que l’on appelle les rétinopathies diabétiques, les complications hémorragiques intra-vitréennes, les décollements de rétine, sans oublier la cataracte dont la présence est plus fréquente et précoce chez une personne ayant du diabète. Pour traiter au mieux les yeux du patient diabétique, différents traitements sont nécessaires. Ainsi, le fond d’œil, est indispensable au moment du diagnostic chez l’adulte, et à 10 ans chez l’enfant, avant l’adolescence. Si le patient présente des lésions oculaires, la fréquence des visites est alors programmée en fonction du bilan ophtalmologique complémentaire afin de mesurer l’étendue des lésions.

En cas de complications ophtalmologiques du diabète…

Les complications oculaires indiquent que le diabète n’est pas bien régulé. Elles doivent alors être traitées par un ophtalmologiste en coordination avec le diabétologue et le généraliste dans le cadre de la prise en charge globale du diabète. La communication entre les différents partenaires de soins est essentielle afin que chacun soit au courant de l’état du patient et de l’évolution de sa pathologie. Il peut même arriver que le diabète soit diagnostiqué par l’ophtalmologiste à l’occasion d’une consultation pour unebaisse de la vision. L’ophtalmologiste reçoit également des patients déjà diagnostiqués et dirigés vers lui dans le cadre du parcours de soins coordonnés.

L’éducation thérapeutique du diabétique

Lorsque le diabète est diagnostiqué, une éducation thérapeutique est proposée au patient. Cette éducation est capitale afin de comprendre les enjeux d’une bonne prise en charge précoce et donner les moyens à chaque patient de réguler au mieux sa glycémie. En outre, elle permet également d’informer les patients sur les risques encourus par défaut de traitement. Malgré tout 1 patient sur 2 ne sait pas que le diabète peut rendre aveugle ! Néanmoins, sachons que les traitements ophtalmologiques, même s’ils sont contraignants en termes de suivi, donnent de très bons résultats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>