De nouvelles propositions contre le jeu excessif

Le 30 juin 2015 - Par Vanessa Bernard

C’est Christian Eckert, secrétaire d’Etat chargé du Budget, qui en a décidé ainsi en avril dernier : il faut mieux lutter contre le jeu excessif. Il s’est ainsi rendu au siège de l’Autorité de régulation des jeux en ligne (ARJEL) afin de présenter devant la presse les mesures qu’il propose d’intégrer au projet de loi relatif au numérique pour lutter contre ce danger.

Alors qu’une récente enquête menée notamment par l’Observatoire des Jeux (OdJ) alerte sur le développement des pratiques de jeu « à risque modéré », Christian Eckert a ainsi salué la création d’un site internet dédié à l’autoévaluation du risque de jeu – Evalujeu – lancé par l’ARJEL. Cet outil de prévention, parfaitement anonyme a vocation à aider les joueurs et leur entourage à estimer les risques éventuels de leurs pratiques de jeu et leur donne des conseils personnalisés pour préserver leur plaisir à jouer sans menacer leur intégrité personnelle. Pour le Gouvernement, en effet, le jeu doit être récréatif, sûr et encadré. Dans la lutte contre le jeu excessif ou pathologique, considéré comme un véritable enjeu de santé publique, des mesures sont donc à prendre. Ainsi Christian Eckert souhaite aussi la mise en place de modérateurs de temps de jeu pour le poker en complément des modérateurs de mises existants, dispositif dont l’efficacité est avérée dans la prévention du jeu excessif. Enfin, afin de renforcer la protection des consommateurs, les procédures judiciaires à l’encontre des opérateurs illégaux pourront être simplifiées grâce à des dispositions du projet de loi relatif au numérique. Autant de dispositions exemplaires qui montrent le rôle essentiel des autorités indépendantes de régulation : un marché du jeu bien régulé est avantageux pour les joueurs comme pour les opérateurs légaux et représente un bienfait collectif majeur pour la santé publique.