Troubles de l’érection

Les résultats préliminaires d'une étude anglo-saxonne sont prometteurs : des hommes qui ne pouvaient plus avoir d'érections après une opération de la prostate en raison d'un cancer, ont retrouvé le plaisir des rapports sexuels grâce à un traitement à base de cellules souches.

Un essai clinique dirigé par le professeur René Yiou du service d'urologie de l'hôpital universitaire Henri-Mondor à Créteil, a été mené pour « réparer les lésions cellulaires péniennes », autrement dit, faire de l’impuissance une séquelle exceptionnelle et non plus fréquente après un cancer de ...

Difficile d’obtenir des chiffres sur les troubles érectiles. Mais les plus fréquemment cités font état d’un homme sur trois qui après 40 ans serait concerné. Attention toutefois à ne pas confondre panne et véritable dysfonction.

Le 5 juin dernier, l'Observatoire de la Santé vous annonçait l'arrivée dans les pharmacies d'une nouvelle thérapeutique traitant la dysfonction érectile. Quelques mois après, faisons le point avec Marie-Hélène Colson psychothérapeute et sexologue sur ce nouveau médicament se présentant sous ...

Certains en rêvaient, Vitaros l'a fait. Depuis quelques jours en effet, la toute première crème traitant les troubles de l'érection a fait son entrée sur le marché. Ce traitement innovant agit en étant simplement appliqué sur l'extrémite du pénis. Tout un programme...

Meilleurs articles

Certains en rêvaient, Vitaros l'a fait. Depuis quelques jours en effet, la toute première crème traitant les troubles de l'érection a fait son entrée sur le marché. Ce traitement innovant agit en étant simplement appliqué sur l'extrémite du pénis. Tout un programme...

Le 5 juin dernier, l'Observatoire de la Santé vous annonçait l'arrivée dans les pharmacies d'une nouvelle thérapeutique traitant la dysfonction érectile. Quelques mois après, faisons le point avec Marie-Hélène Colson psychothérapeute et sexologue sur ce nouveau médicament se présentant sous ...

Difficile d’obtenir des chiffres sur les troubles érectiles. Mais les plus fréquemment cités font état d’un homme sur trois qui après 40 ans serait concerné. Attention toutefois à ne pas confondre panne et véritable dysfonction.