Cardiologie

En cardiologie, c’est le coeur et les maladies associées qui sont étudiées. Le médecin cardiologue se concentre également sur les problèmes vasculaires qui peuvent entraîner des troubles car-diaques. La cardiologie en général peut se décliner en plusieurs sous-spécialités comme la ryth-mologie, qui s’occupe essentiellement des troubles du rythme cardiaque ; l’angiologie, qui se con-centre sur les pathologies des vaisseaux de l’organisme ; la phlébologie, qui étudie les troubles veineux et, enfin, la cardiologie pédiatrique qui concerne les troubles cardiaques chez l’enfant. Selon la pathologie rencontrée et les interventions, examens et traitements qu’elle nécessite, le patient pourra être redirigé vers divers spécialistes en cardiologie : le coronarographiste, par exemple, pratique la coronarographie qui permet la visualisation des artères coronaires ; l’hémodynamicien s’occupe d’analyser les pressions et débits du coeur. Sans parler de pathologie, de nombreux examens existent afin de prévenir les troubles ou de les prendre en charge au plus tôt : en cas de doute, quel qu’il soit, le médecin traitant peut envoyer son patient chez un cardiologue après avoir prescrit notamment un électrocardiogramme, chargé de mesurer la fréquence cardiaque, ou encore un test d’effort, qui permet d’analyser les palpitations cardiaques durant une activité physique.

A l’occasion de la Journée mondiale de l’AVC qui s’est tenue le 29 octobre, la Fondation Coeur et Artères, la Fédération nationale AVC et la Société française Neuro-Vasculaire (SFNV) ont démarré une campagne de sensibilisation au sujet.

Obésité, mauvaises habitudes alimentaires, tabagisme, manque d'exercice physique... Nombreux sont les facteurs de risques des maladies cardio-vasculaires et accidents vasculaires cérébraux. C'est afin de tirer la sonnette d'alarme sur le sujet qui touche de plus en plus précocément, que la ...

Meilleurs articles

En France, on compte environ 60 000 crises cardiaques par an et environ 2 400 décès par infarctus du myocarde (IDM). Si en 25 ans, grâce en partie au programme d’amélioration de la prise en charge, la mortalité a baissé de 50%, reste que la prévention des risques demeure essentielle.

La Semaine du Cœur qui se tient jusqu'au 1er octobre prochain est l’occasion de sensibiliser le grand public au sujet sachant qu’avec une meilleure prévention, 80% des infarctus prématurés pourraient être évités.

A l’occasion de la Journée mondiale de l’AVC qui s’est tenue le 29 octobre, la Fondation Coeur et Artères, la Fédération nationale AVC et la Société française Neuro-Vasculaire (SFNV) ont démarré une campagne de sensibilisation au sujet.

Les maladies cardio-vasculaires sont la première cause de mortalité dans le monde. L’Organisation mondiale de la santé estime ainsi à près de 17 millions les décès qui y sont liés, chaque année, soit environ 31% de la mortalité mondiale.