Cancer

La survenue d’un cancer ou d’une tumeur maligne nécessitent l’intervention d’un médecin spécialiste en la matière. Souvent découvert par le médecin traitant, le cancer est ensuite confié au médecin cancérologue ou oncologue qui connaît parfaitement le sujet et joue le second rôle dans le combat contre la maladie, le premier rôle étant porté par le patient lui-même. Le cancérologue est donc à même de traiter les cancers agressifs, bien ancrés dans l’organisme, tenaces comme le cancer du sein, de la prostate, du colon ou encore le mélanome (cancer de la peau). Après avoir vérifié les antécédents familiaux et personnels, les précédents examens, les symptômes ressentis, les traitements médicaux en cours et effectué un examen clinique lors de la consultation le cancérologue/oncologue est capable de mesurer l’état général du bilan. Finalement, le médecin peut prescrire des examens complémentaires ainsi qu’un traitement adapté. La France dispose de plus de 500 cancérologues sur un total de 92 000 spécialistes confondus reconnus par le conseil de l’ordre des médecins.

Plus d'un nouveau cas de cancer sur trois touche des personnes de plus de 75 ans. Malheureusement, des dernières sont encore trop souvent diagnostiquées tardivement et ne bénéficient pas toujours des traitements les mieux adaptés à leur âge

Obésité, consommation excessive d'alcool ou de viande rouge, sédentarité et tabagisme sont les principaux facteurs de risque évitables des cancers digestifs dont certains (foie et pancréas) sont en forte augmentation

Meilleurs articles

La mesure fait couler beaucoup moins d'encre que la généralisation du tiers payant, pourant elle fait bien partie du projet de loi santé de Marisol Touraine. Le droit à l'oubli pourrait être un vrai pas en avant pour les anciens malades du cancer.

La gémellité comportera toujours une part de mystère. Nombreux sont les scientifiques à tenter de les percer… Cette fois des chercheurs se sont penchés sur la santé de ces êtres génétiquement identiques…

L’infection par le papillomavirus humain (HPV), est la première cause que l'on trouve au cancer du col de l'utérus. S'il figure parmi ceux dont l'incidence et la mortalité ont diminué au cours des trente dernières années, reste que toutes les femmes doivent se sentir concernées !