AVC et santé bucco-dentaire : quels liens ?

Le 20 mars 2018 - Par Vanessa Bernard

Saviez-vous que le risque d’AVC est accentué par une mauvaise hygiène bucco-dentaire ? Des accidents vasculaires cérébraux (AVC) qui continuent de tuer plus de 30 000 personnes par an en France, en majorité des femmes (1). Explications. 

Le lien entre AVC et hygiène bucco-dentaire est dû à une bactérie dite de type streptococcus mutant contenu dans la salive. Ces molécules inflammatoires, en effet, passent dans le sang et influence l’aggravation de certaines maladies. Cette bactérie peut donc se fixer aux vaisseaux et favoriser les risques de rupture d’anévrisme (AVC) (2). En outre, d’autres maladies chroniques de longues durées, de type cardio-vasculaire ou diabète ont aussi une interaction avec les pathologies dentaires et une hygiène bucco-dentaire non optimale.

Ou limiter les liens bidirectionnels

Pour avoir une hygiène bucco-dentaire irréprochable et limiter les liens bidirectionnels avec ses maladies chroniques, l’UFSBD préconise un brossage systématique des dents, 2 minutes, 2 fois par jour, matin et soir. Elle recommande l’utilisation d’un dentifrice fluoré, du passage du fil dentaire ou brossettes inter-dentaires, entre chaque dent le soir, la mastication d’un chewing-gum pendant 20 mn après chaque prise alimentaire. L’UFSBD préconise également un contrôle régulier de la sphère buccale avec une visite tous les 6 mois.

(1) Selon une étude le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) de l’agence Santé publique France, février 2017

(2) Source : étude américano-japonaise février 2016 des chercheurs de l’Université de Louisville (USA)

AVC : qui est concerné ?

Les AVC sont la cause de 30 000 décès chaque année en France. Parmi les concernés, en majorité des femmes : chez ces dernières, l’AVC est ainsi la première cause de mortalité, devant le cancer du poumon, avec plus de 18 000 morts enregistrées en 2013. Si le taux de mortalité par AVC a diminué globalement d’un peu plus de 13% entre 2008 et 2013 dans toutes les classes d’âge, reste que chez les femmes âgées entre 45 et 64 ans et chez les personnes de plus de 85 ans, le taux de mortalité demeure stable. Pour la première catégorie, cette stagnation pourrait notamment s’expliquer par une forte augmentation du tabagisme, mais aussi l’hypertension artérielle, le diabète, l’obésité et la sédentarité. Il faut savoir aussi que près de 25% des AVC surviennent chez des personnes de moins de 65 ans qui, dans 30% à 50% des cas, ne sont ensuite pas en mesure de reprendre leur activité professionnelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>