Antibiotiques : gare aux allergènes ?

Le 10 octobre 2016 - Par Manon Costantini

Les antibiotiques ne sont pas automatiques ! Les diverses campagnes sanitaires l’ont assez répété. Cette fois, ce sont des chercheurs de l’Université de Caroline du Sud, aux Etats-Unis qui le confirment…

Ces derniers, en effet, ont pu établir un lien de causalité entre la prise de ces médicaments et la survenue de certaines allergies alimentaires. Pour les besoins de leur étude, près de 7 500 enfants enfants ont été observés, dont environ 1 500 souffrant d’une allergie alimentaire. Plusieurs facteurs ont été pris en considération pour déterminer l’incidence de la prise de médicaments : le sexe du sujet, les conditions de sa naissance, l’allaitement, l’ethnicité, le lieu de résidence, etc. Finalement, il a été constaté que les enfants a qui l’on avait prescrit des antibiotiques ont vu leur risque d’allergie alimentaire augmenter de 21%, par rapport à ceux n’ayant eu recours à aucun traitement de ce type. Le risque montait à 31% au-delà de trois prescriptions et 43% et 64% après, respectivement quatre et cinq ordonnances.

Il a été constaté que les enfants a qui l’on avait prescrit des antibiotiques ont vu leur risque d’allergie alimentaire augmenter de 21%

allergies alimentaires

Identifier et répondre correctement aux besoins des enfants

« Nous avons besoin de meilleurs outils de diagnostic pour aider à identifier les enfants qui ont vraiment besoin d’antibiotiques. En abuser multiplie les effets secondaires, y compris le développement potentiel des allergies alimentaires, et peut encourager la résistance antibactérienne », estime Brian Love, docteur en pharmacie de l’Université de Caroline du Sud et principal auteur de cette étude. En effet, 70 ans après la première prescription d’antibiotiques, les bactéries sont devenues plus résistantes, ce qui pousse parfois à augmenter les doses… Pourtant, si ces médicaments n’arrivent plus à vaincre certains microbes, ils parviennent tout de même à détruire nos « bonnes » bactéries. Ainsi, la flore intestinale se voit déséquilibrée, ce qui favorise considérablement la sensibilité aux allergènes chez les petits.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>