Alzheimer : des souvenirs perdus et « retrouvés »

Le 22 mars 2016 - Par Manon Costantini

Aujourd’hui, près de 850 000 personnes souffrent de la maladie d’Alzheimer. Alors que plus de 10 millions d’euros ont déjà été consacrés à la recherche depuis 1988, des scientifiques viennent de découvrir que les souvenirs des amnésiques gardaient la même place dans le cerveau des patients. 

Alzheimer : la maladie de l’oubli 

Alzheimer est une maladie dégénérative qui s’attaque aux facultés cognitives et à la mémoire… Considérée comme étant la forme de démence la plus fréquente chez les personnes âgées, les premiers signes annonciateurs de la maladie apparaissent, dans la plupart des cas, après 65 ans. Perdre les clés, oublier le contenu du dernier repas, ne pas se souvenir du nom de certaines personstop-alzheimernes croisées récemment : ces troubles de la mémoire font partie du quotidien des victimes. Cependant, on apprend aujourd’hui, grâce à une étude publiée dans la revue Nature que les souvenirs ne disparaissent pas vraiment !

Contrairement à ce que l’on pensait jusqu’ici, la maladie laisse les souvenirs où ils sont dans le cerveau, elle les rend « seulement » inaccessibles !

Une lumière bleue qui réactive les souvenirs

Contrairement à ce que l’on pensait jusqu’ici, la maladie laisse les souvenirs où ils sont dans le cerveau, elle les rend « seulement » inaccessibles ! Pour en venir à ce résultat, les scientifiques ont observé deux groupes de rongeurs : un complètement sain, et un autre génétiquement modifié pour devenir amnésique. Placées dans une boîte spéciale, les souris ont ensuite toutes reçu des décharges électriques dans les pattes. Après avoir attendu 24 heures, les chercheurs ont réitéré l’expérience : les souris saines se souvenaient des chocs provoqués par la boîte et prenaient donc peur à la vue de cette dernière. Les mutantes, elles, n’avaient déjà plus souvenir de l’événement du jour précédent et n’ont donc manifesté aucune angoisse. Suite à ces observations, la zone du cerveau responsable des souvenirs a été exposée à une lumière bleue tout à fait spéciale chez les rongeurs modifiés. C’est grâce à cette technique, nommée optogénétique, que les chercheurs ont constaté que les souvenirs revenaient puisqu’après cette exposition lumineuse, les souris jusqu’ici amnésiques se sont finalement rappelé des décharges et ont pris peur à leur tour.

 On évalue à 225 000 le nombre de nouveaux cas qui se déclarent chaque année

Alzheimer : principale cause de démence chez le sujet âgé

Voilà une découverte qui pourrait ouvrir la voie à un potentiel nouvel espoir. Rappelons que dans la maladie d’Alzheimer les lésions anticipent la survenue des symptômes et que l’efficacité des thérapeutiques repose donc sur le traitement des premières pour bloquer les seconds. Les médicaments actuels testés sur la souris et le patient montrent que les lésions sont moindres chez les sujets traités. A heure actuelle, on ne peut pas soigner cette maladie qui, du fait du vieillissement de la population, devrait continuer de se propager. Aujourd’hui, en France Alzheimer est la principale cause de démence chez les personnes âgées en touchant plus de 800 000 sujets sans compter les aidants qui vivent aussi avec la maladie : au total 3 millions de personnes dans l’Hexagone sont concernées directement ou indirectement (malades et proches). On évalue à 225 000 le nombre de nouveaux cas qui se déclarent chaque année.

© iStockphoto

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>