Allergies à l’arachide : manger des cacahuètes pour prévenir le risque

Le 10 mars 2016 - Par Manon Costantini

L’arachide a la capacité d’améliorer le goût, le volume et la consistance de certains aliments. Elle coûte peu cher, comporte des valeurs nutritives intéressantes et possède même des pouvoirs antioxydants. Pourtant, d’année en année, le nombre d’allergiques à la plante ne fait qu’augmenter… 

Des cacahuètes au rôle protecteur 

Combattre le mal par le mal, ça vous dit quelque chose ? Ce proverbe est parfaitement adapté au sujet qui va suivre ! Pour comprendre, un petit retour en arrière est nécessaire : au début de l’année 2015, des chercheurs britanniques s’étaient penchés sur les effets des cacahuètes sur l’organisme. A l’issue de l’essai clinique et des nombreux tests qui l’ont composé, la recherche a ainsi abouti sur le fait que manger des arachides dès l’âge de quatre mois, jusqu’à 5 ans, permettrait de réduire d’environ 80% le taux d’allergie chez les enarachidefants présentant un risque d’en développer une.

Les chercheurs se sont particulièrement intéressés à l’arachide tout simplement car c’est l’une des allergies les plus fréquentes chez l’enfant de plus de 3 ans

Prémunis de l’allergie 

Le fameux essai « LEAP », pour Learning Early About Peanut Allergy, nous révèle maintenant que même en arrêtant d’en manger durant quelque temps, par exemple une année, les enfants qui ont consommé des arachides régulièrement durant la première phase de test (de 4 mois à 5 ans donc), étaient encore protégés de l’allergie après la « pause » : « Cet effet protecteur a persisté pendant un an, à la fois chez les enfants ayant totalement évité de manger des cacahuètes et chez ceux qui avaient continué à en consommer de temps à autre », s’est réjoui le Dr. Gideon Lack, co-auteur des travaux.

Pourquoi l’arachide ? 

Les chercheurs se sont particulièrement intéressés à l’arachide tout simplement car c’est l’une des allergies les plus fréquentes chez l’enfant de plus de 3 ans. De plus, l’arachide faisant partie de la famille des légumineuses, (comme par exemple les petits-pois, le soja ou les pois chiches) elle peut donc se croiser avec d’autres allergies qui finissent par affecter une bonne partie de l’alimentation des plus jeunes.

© iStockphoto

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>