Addiction aux jeux : conseils aux proches

Le 30 juin 2015 - Par Vanessa Bernard

Vous êtes épuisé voire exaspéré par la pratique excessive de jeu d’un proche. Cette situation met en péril votre équilibre et celui de votre famille. Vous ressentez même parfois de la honte si bien que vous n’osez pas en parler… Justement, sortir de ce tabou en communiquant peut vous aider à faire face. Explications.

Oui, vous avez le droit de ne plus en pouvoir ! Vivre avec un joueur excessif ou pathologique n’est franchement pas de tout repos. Vous êtes inquiet des lendemains, votre foyer est en danger et malgré tous vos efforts vous n’arrivez pas à « raisonner » votre partenaire de vie, votre enfant, votre ami… Au bout du compte, vous abdiquez. Vous êtes désormais impuissant, en colère, dégoûté ou déprimé. A tel point d’ailleurs que des idées noires vous rongent comme la séparation et l’abandon de l’être aimé en danger. Ou pire, le suicide… Il faut agir et vite. Car oui, le joueur pathologique fait des dommages collatéraux. A commencer par la personne qui partage sa vie et ses dettes… En réalité vous avez de nombreuses raisons de craquer et vous n’avez pas à culpabiliser de cela. Il s’agit maintenant de voir ce qu’il vous est encore possible de faire. Il faut savoir, en effet, que le jeu peut être la manifestation d’un mal-être personnel issu de son histoire. Sa dépendance rend ainsi difficile le fait d’arrêter de jouer. Votre partenaire, enfant, ami n’est peut-être pas encore prêt. Même s’il vous aime, il reste prisonnier de quelque chose de plus fort que lui. Pourtant, si vous n’en pouvez plus, c’est de vous dont il faut s’occuper. La première chose à envisager est donc de prendre du recul. Et, pour que cela soit possible, il vous faudra peut-être vous éloigner du joueur quelques temps ou lui demander de s’éloigner. Ce temps passé loin de « l’accroc » vous permettra de recharger les batteries, d’y voir plus clair et de réfléchir à cette situation devenue inextricable. Au-delà de ce nécessaire recul, il vous faut aussi songer à vous en remettre à quequ’un d’extérieur. Ainsi, le dialogue avec des tiers de confiance peut être extrêmement utile pour sortir de ce cycle infernal, vous soulager. Le recours à un professionnel de santé peut aussi clairement être une solution salvatrice. En effet, face à l’addiction aux jeux, il est des méthodes efficaces et des moyens de rétablir l’équilibre. Mais pour cela, il faut être capable d’extérioriser. N’hésitez pas à en parler !